Sylvie Faucheux, Directrice de l’IFG Executive Education et de l’innovation pédagogique d’INSEEC U., et une vingtaine de participants de différents groupes français représentés par 3 grands types de métier (DSI, CTO, Expérience client/marketing) se sont donnés rendez-vous en Californie pour participer à une « Learning Expedition in Silicon Valley » organisée par Orange du 15 au 19 juillet dernier.

Partenaire de nombreuses start-ups, Orange Silicon Valley et son Fab Force sont installés en plein cœur de San Francisco depuis 1999. Il s’agit d’une plate-forme d’environ 50 start-ups avec qui Orange se rapproche et travaille dans une stratégie d’investissement et de partenariats, qui bénéficie de plus de 60 « top Silicon Valley mentors ».

L’occasion de découvrir certaines start-ups permettant de mieux collaborer en utilisant l’Intelligence Artificielle:

  • Wonolo’s: qui remplace l’intérim pour trouver un emploi en 4 minutes ;
  • Ripcord: le futur de l’archivage où sont intégrés robotique et intelligence artificielle (vient de lever 90 millions et compte Google parmi les investisseurs);
  • Ava shows: une application qui offre l’opportunité aux personnes sourdes et malentendantes de suivre en temps réel par écrit toutes les conversations y compris parallèles. Cette application peut être utilisée pour prendre des notes dans les réunions en temps réel ou bien pour traduire entre différentes langues;
  • Toymail: une peluche intelligente qui permet aux enfants d’être connectés à leurs parents et grands-parents (les peluches peuvent communiquer entre elles) ;

Les start-ups sont nombreuses et surtout agiles. Elles peuvent se permettre des actions et des solutions que ne peuvent pas les grandes entreprises. Il est donc important de se rapprocher des start-ups pour les grands groupes.

La loi en faveur du rapatriement économique de Donald Trump a entrainé l’injection de plus de 300 milliards de dollars sur 2018 et 23 milliards de dollars ont été investis aux US par société de capital-risque. Des records ont été battus en termes d’investissements et d’affaires conclues avec une concentration du capital sur des deals plus importants que par le passé. Aujourd’hui, on constate que le partenariat est privilégié à l’acquisition.

Apple, Amazon, Google, Microsoft et FaceBook constituent le top five dans les Techs. Ces entreprises représentent 3,974 milliards de $US de CA.

Beaucoup de nouvelles sociétés de composants pour l’Intelligence Artificielle voient le jour et les entreprises du Tech investissent de façon considérable dans la R&D ; on voit réapparaître le hardware et San Francisco est devenu depuis 5 ans un pilier des start-ups logiciels avec en second New York et Boston (orientés sur les finances, la santé et le marketing). Le software se fait de plus en plus en open source et la focalisation porte sur le hardware. D’où le retour sur le silicium, ce qui redonne ses lettres de noblesse au terme Silicon Valley.

« People who are really serious about software should make their own hardware »
Alan Kay

Le besoin de stockage des data est de plus en plus puissant. Les centres de data doivent changer tous les 2 ans et sont très énergivores, d’où les recherches pour les rendre plus efficaces énergétiquement et la consommation solaire. On assiste également à un cycle technologique de 10 à 15 ans, et on entre désormais dans l’intelligence artificielle et le Quantum Computing ce qui est 100 millions de fois plus rapide que le computer classique.

 

L’Intelligence artificielle, le plus grand défi y compris sur l’emploi :
« AI will not replace managers, but managers who use AI will replace those who don’t. »

Captain Future Wizard Of Science by Paul Van Scott

L’intelligence humaine se caractérise par la prise de décision. Nous prenons des décisions tous les jours en nous fondant sur l’expérience de vie, l’éducation, l’apport sensoriel, le contenu et les intentions de la situation. Il existe d’autres facteurs que nous utilisons implicitement pour prendre des décisions, y compris des décisions évolutives. Les ordinateurs sont très performants pour prendre des décisions – plus rapidement, à plus grande échelle, acquérant des intuitions et une personnalisation.

L’Intelligence Artificielle est la théorie et le développement de systèmes informatiques capables d’effectuer des tâches qui requièrent normalement l’intelligence humaine, telles que la perception visuelle, la reconnaissance de la parole et la traduction entre deux langues – IA signifie effectuer des tâches généralement associées à un être intelligent.

Mais quel est le rôle de l’imitation? Quel est le rôle de la compréhension? Les ordinateurs font en effet des prédictions basées sur des observations passées ou des décisions humaines.

R.Kikuo Johnson for the Wall Street Journal

Les 3 plus grands problèmes que nous devrons surmonter dans le futur avec l’intelligence artificielle sont:

  • L’usurpation d’identité: à mesure que les IA prolifèrent, comment les identifions-nous?
  • L’échec: comment savons-nous quand l’IA échoue et que pouvons-nous faire quand elle opère un mauvais choix ?
  • La conformité: comment contrôlons-nous les IA lorsqu’elles peuvent commettre des délits?

Tous les grands acteurs de l’internet investissent sur l’IA: Google, Microsoft, Amazon… et le secteur du divertissement et des médias se trouve parmi les secteurs les plus impactés. L’Université de Stanford est celle qui est la plus interdisciplinaire et qui fournit le plus d’avancées en termes de R&D sur l’IA.

Son impact agit également sur la façon de travailler: dans les entreprises environ 30% des personnes sont capables d’être rapidement convertis à l’IA. Pour les autres se fait sentir un gros problème de formation et de RH. Environ 60% des emplois ont au moins 30% de leur activité qui peuvent être automatisées et 25% des emplois sont faits d’activités qui sont auto-contrôlables à 100%.

Le marketing est lui aussi profondément impacté, on passe du vieux modèle de consommation passive au nouveau modèle « je veux ce que je veux ». Le silo fait place au life cycle avec des clients participatifs – d’ici 2020, plus de 40% de tous les projets d’analyse de données auront un aspect de l’expérience client.

La transformation digitale nécessite une approche intégrée. C’est pourquoi des acteurs comme Apple proposent 3 applications: Security, Networking et Collaborative en partenariat avec d’autres acteurs comme Cisco par exemple.  Selon Apple « Technology has created a monumental shift in how the world works » et il faut distinguer 3 périodes :

  • L’âge industriel, qui est celui de la productivité avec des workers qui peuvent travailler plus.
  • L’âge de l’information, qui est celui de l’efficience et des connected workers.
  • L’âge de l’IA, qui est celui des connected cultures.

Le Design Thinking semble l’approche privilégiée pour appréhender le management agile qui doit s’appliquer dans cette « transformation » et les participants ont bénéficié d’un cours d’application de cette approche à l’Université de Berkeley.

L’innovation est un enjeu fort de notre développement et l’intelligence artificielle est un moyen de répondre à cette ambition. Nos processus sont de plus en plus « intelligents » à travers l’exploitation du Big Data, le développement de l’intelligence artificielle, ou encore la mise en place de blockchain.

Il importe de bien se préparer, via des formations adaptées tout au long de la vie, à cette révolution dont les impacts sur l’ensemble des métiers et des secteurs seront colossaux dans les prochaines années.

 

Sylvie Faucheux
Directrice de l’IFG Executive Education
et de l’innovation pédagogique d’INSEEC U.